Agressivité

by OOPET

Préambule

Aucun chien naît agressif, le gêne de l’agressivité n’existe pas.

Aucune race de chien n’est plus agressive qu’une autre.

Aucun chien n’est agressif en permanence.

Aucun chien n’est agressif sans facteur déclencheur.

L'AGRESSIVITÉ​

L’agression est un comportement adaptatif normal du chien, dont la fonction est de mettre à distance un protagoniste (comportement agonistique) :

– Eloigner un individu d’une ressource    -> Eau – alimentation – zone de repos – partenaire – Protection des petits ou auto-protection.

L’agression est un comportement relationnel et réactionnel, avec un enchaînement séquentiel et une gradation précise des signaux de menace. Cette réaction étant coûteuse en énergie, elle n’intervient normalement qu’en dernier recours.

La gradation du comportement dans l’echelle d’agression comprend :

– les aboiements – les grognements – le retroussement des babines – la morsure à vide – la morsure réelle – le tout accompagné de signes posturaux (piloérection, position des oreilles en arrière, etc).

L’agressivité correspond au seuil de déclenchement des comportements d’agression. Ce seuil est propre à chaque individu et plusieurs facteurs sont susceptibles de le moduler, dont des facteurs développementaux. L’agression peut être dirigée envers différents protagonistes – Humains, familiers ou non – Certaines catégories particulières comme les enfants, congénères Et être liée à différents contextes: – A la maison ou à l’extérieur – Autour d’un objet ou d’un lieu : canapé, gamelle…

L’agression est presque toujours considérée comme un comportement indésirable qui peut poser problème, notamment dans tous les cas d’agression envers un humain (quelle que soit la gravité de l’agression car, dans ce cas, le chien représente un danger potentiel ou avéré pour l’homme).

POURQUOI MON CHIEN A ÉTÉ « AGRESSIF », L'ANALYSE...​

COMPRENDRE

Afin de comprendre ce qui déclenche cette réaction, il faut analyser les circonstances et répondre à un certain nombre de questions.

QUEL EST LE PROBLÈME D’AGRESSIVITÉ

-> Mon chien grogne, menace, aboie
-> Mon chien mord ou «pince»,
-> Mon chien attaque l’homme – un congénère – un autre animal

QUEL EST LE CONTEXTE DE L’ÉVÈNEMENT

 

– Où ? Quand? Fréquence ? Durée du trouble
– Envers qui ?
– Dans quel contexte ?
– Etat émotionnel du chien ?
– Comment?
– Réaction des propriétaires ?

QUEL EST LE CONTEXTE GÉNÉRAL

– Age et sexe de l’animal
– Santé et antécédents médicaux
– Conditions de développement, âge d’acquisition
– Espace de vie – zone de repos de l’animal
– Autre trouble du comportement

CARACTERISER LE SYMPTOME

Evaluer le caractère prévisible ou normal de l’agression
Evaluer le degré de ritualisation et d’instrumentalisation
Les signes
Evaluation des autocontrôles
Existence de manifestations de crainte ou de peur (nature)
Prise d’initiatives et réponse des propriétaires

LES CAUSES DE L'AGRESSIVITÉ​

AGRESSION PAR IRRITATION

Dû à un état physique, pathologique – Phobie, peur – Anxiété intermittente / permanente – Dépression chronique, dysthymie (trouble de l’humeur) – Etat algique, relatif à une douleur physique – Dysendocrinie trouble de la tyroïde et l’hypophyse – Déficit de perception sensorielle (cécité, surdité)

AGRESSION HIÉRARCHIQUE, dite de « dominance »

AGRESSION TERRITORIALE

Cette agression est considérée comme une défense des ressources face à un intrus et donc la défense du territoire ou de la propriété de l’homme face à un individu.

AGRESSION PAR PEUR

– Phobie postraumatique, peur – Anxiété intermittente / permanente – Dépression chronique, dysthymie (trouble de l’humeur) – Etat algique, relatif à une douleur physique – Dysendocrinie trouble de la tyroïde et l’hypophyse – Déficit de perception sensorielle (cécité, surdité).

AGRESSION PRÉDATRICE

– Prédation sur les congénères – Prédation sur une espèce à laquelle le chien n’est pas socialisé – Trouble de l’homéostasie sensorielle – Syndrome hs-ha – Dyssocialisation primaire

Association entre les conditions de développements et l'agressivité

Association entre l’agressivité et l’environnement physique du chien avant 3 mois

Selon certaines études, une seule variable s’est révélée significativement associée à l’agressivité, il s’agit de l’environnement physique avant 3 mois.
Les chiens ayant vécu en environnement urbain avant 3 mois sont plus fréquemment agressifs que les chiens ayant vécu dans les autres types d’environnement (péri-urbain et rural).
Les chiens ayant vécu en environnement rural avant 3 mois sont moins fréquemment agressifs que les chiens ayant vécu dans les autres types d’environnement (urbain et péri-urbain).

Les tests statistiques ont mis en évidence deux éléments pour lesquels une tendance se dégage. 

L’âge à l’adoption n’est pas significativement associé à l’agressivité, mais si l’on considère la classe d’âge à l’adoption de « 2 mois ou moins », nous pouvons remarquer que les chiens adoptés à l’âge de 2 mois ou moins auraient tendance à être plus fréquemment agressifs que les chiens adoptés après 2 mois.

Concernant l’association entre le lieu de naissance et l’agressivité, les chiens nés en élevage auraient tendance à être moins fréquemment agressifs que le chiens nés chez des particulier.

Comment régler le problème de l'agressivité

DEMARCHE THERAPEUTIQUE

– Diminuer les contextes favorables aux agressions (régression sociale dirigée, réprimande adaptée)
– Eviter les contraintes inutiles
– Diminuer l’irritation (soigner l’anxiété, la douleur, la dysendocrinie)
– Assurer des relations hiérarchiques cohérentes
– Eliminer les facteurs anxiogènes, notamment vérifier la qualité de la communication propriétaire chien.
– Diminuer l’impulsivité -> thérapie par le jeu contrôlé

Prévention de la morsure

QUELLE ATTITUDE AVOIR ?

– Ne pas punir, ni physiquement, ni verbalement
*  Risque d’escalade*
– Prendre de la distance
– Comprendre la raison du comportement
– Ne pas penser que c’est une fin en soi

COMMENT ANTICIPER ?

– Connaître les signaux avant-coureurs
* Echelle de l’agression*
– Observer et respecter son chien
* Signaux d’apaisement*
– Gestion des interactions
* Attention à la gestuelle des enfants*

morsure-de-chien

L’agression dite « territoriale »

Un grand nombre d’agressions se produisent lorsque des intrus pénètrent dans la maison du propriétaire.
Les chiens concernés par ce genre de situations sont souvent de jeunes chiens âgés de 1 à 3 ans.

Cette agression est considérée comme une défense des ressources face à un intrus et donc la défense du territoire ou de la propriété de l’homme face à un individu.

Les ressources que le chien souhaite protéger sont soit :
– alimentaires
– affectives (le propriétaire)
– sexuelles (partenaire sexuel) 
– spatiales

La menace ou la morsure du chien cesse dès que l’individu fuit ou montre une attitude d’évitement ou de soumission.

L’agression dite de « dominance »

Certains chiens réagissent de manière agressive face à des situations de conflits sociaux. Ce type d’agression est appelé « agression de dominance ». Il est important de rappeler que le terme « dominant » se rapporte à une relation entre deux individus. Il n’est pas possible de caractériser un chien comme « dominant » dans l’absolu. Ces agressions sont caractérisées par des menaces ou des morsures vis-à-vis de membres de la famille et rarement des étrangers. Le partage des ressources entre en compte dans ce type d’agression, mais cette fois- ci, ce n’est pas un individu inconnu qui déclenche le comportement, mais un familier de l’animal. Les ressources peuvent être : – alimentaires – spatiales – affectives Certaines attitudes du propriétaire ou d’un chien peuvent aussi entraîner ce genre de comportement : – brossage – punition de la part du propriétaire – contact de la part d’un chien connu

L’agression dite de « peur »

La peur est une réponse normale, adaptative à un environnement ainsi qu’à son changement.

La réaction de peur permet :

– la survie de l’animal dans une situation dangereuse
– d’émettre un signal d’alerte destiné aux autres individus d’un groupe social.

4 réactions possibles face à la peur:

L’absence de réaction : 

 Le chien ne réagit pas face au stimulus, il poursuit son activité après une phase d’observation

L’immobilité / « freeze » : 

 Le chien s’immobilise et ne bouge plus. Il peut par ailleurs chercher à se cacher ou s’isoler

La fuite :

 Le chien cherche à échapper au stimulus si cela est possible

L’agression :

 Cette réaction est déclenchée lorsque l’animal n’a pas de solution de
fuite ou de cachette. Il s’agit de la dernière réaction qu’il peut mettre en œuvre.

L’agression dite « maternelle »

Ce type d’agressivité est destiné à protéger les petits d’une portée. Elle se présente typiquement chez la femelle et n’est sensée se manifester que vis-à-vis d’individus étrangers.

L'influence du sexe et de la race

Des mâles entiers peuvent avoir une plus forte probabilité d’être agressifs que des chiens castrés.
Au contraire, de l’agressivité est plus souvent observée chez des femelles stérilisées

Les hormones sexuelles telles que la testostérone entraîneraient une plus grande témérité pour défendre des ressources.

Certains chiens de race ont été et sont sélectionnés pour certains comportements comme la garde ou la gestion d’un troupeau

Par exemple, les chiens provoquant le moins de morsures d’enfant sont :
– Les Golden Retriever
– Les Labrador Retriever
– Les Bassets
– Les Collies

Alors que les races les plus impliquées paraissent être :
– Les Poméraniens (ou Loulou de Poméranie)
– Les Yorkshires Terrier
– Les Chow-Chows
– Les West Highland white terrier
– Les Schnauzers miniature

 

Les races montrant le plus haut taux d’agressivité envers les humains sont :
– Les Teckels
– Ces Chihuahuas
– Les Jack Russell Terriers
– Les Bergers Australiens
– Les Cockers
– Les Beagles

Les races de Terriers semblent ressortir de nombreuses études comme étant des chiens montrant plus de comportements d’agression que les autres races.

Influence de la génétique

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.