La peur

by OOPET

Qu'est ce que la peur

La peur est une émotion ressentie en présence d’un danger ou d’une menace réelle, elle représente la capacité de reconnaître le danger et de le fuir ou de le combattre. La peur est un « moteur » adaptatif : peur et instinct de survie sont liés. Lorsqu’un individu se retrouve confronté à un stimulus engendrant de la peur, il peut réagir de différentes manières : – Immobilisation – Fuite pour éloigner le stimulus – Agression, autre tentative de mise à distance du stimulus, souvent lorsque la fuite n’est pas possible La peur et l’anxiété, qui sont au départ des réponses normales adaptatives, peuvent représenter un problème de comportement lorsqu’elles entraînent un état de stress chronique et de mal-être durable ou si elles perturbent la relation et/ou la vie quotidienne du chien et de son propriétaire. L’environnement de l’homme comporte des éléments qui ne sont pas forcément pertinents pour le chien, il peut donc manifester de la peur vis-à-vis de certains stimuli inconnus ou inhabituels – Peur de bruits forts : Voiture, feux d’artifices, foule… – Peur de certaines personnes…

Distinguer la peur, l'anxiété et la phobie

Il faut distinguer la peur, l’anxiété et la phobie, qui sont trois notions différentes, mais qui concernent toutes les trois la réponse émotionnelle et comportementale d’un individu face à une situation ou un stimulus perçu comme dangereux.
Les hormones du stress (glucocorticoïdes et catécholamines) vont agir en augmentant le tonus vasculaire, la pression artérielle et la fréquence respiratoire. Ces mêmes hormones vont mobiliser les facteurs énergétiques et les diriger vers les muscles et le cerveau afin de subvenir aux besoins des réponses comportementales (par exemple la fuite ou le combat).

La phobie

La phobie est une peur disproportionnée, inadaptée face à un stimulus particulier perçu comme dangereux. Dans ce cas, le stimulus perçu comme menaçant est bien réel mais la réponse n’est plus normale ni adaptative.

l’anxiété

Concernant l’anxiété, à la différence de la peur qui est la réaction première face à une situation réelle perçue comme menaçante, l’anxiété découle de l’anticipation d’une menace, potentielle ou réelle, sur laquelle l’animal n’a pas de contrôle et/ou à laquelle il ne peut pas se soustraire.
L’anxiété est associée à un état de stress.

 

Le stresse

L’état de stress se définit comme l’état dans lequel se trouve un animal qui, placé face à des conditions défavorables, a mis en œuvre ses systèmes d’adaptation sans résultats suffisants.

Les signes comportementaux

Les signes comportementaux peuvent exprimer la peur ou l’anxiété :

– L’abaissement du dos
– Les tremblements
– Une queue basse
– Léchages des babines

– Regard en coin
– Des bâillements
– Tentatives pour se cacher
– Une salivation excessive

Association entre les conditions de développements et la peur

Aucune des conditions de développement testées n’est significativement associée à la peur.
Les seules tendances remarquables concernent l’environnement physique avant 3 mois et le lieu d’adoption.
Bien que l’environnement physique avant 3 mois soit non significativement associé à la peur, les chiens ayant vécu en environnement urbain avant 3 mois auraient tendance à être plus fréquemment peureux que les chiens ayant vécu dans d’autres environnements (péri- urbain, rural).

Mon chien a peur de la voiture

Desensibilisation à la voiture selon Julia Debeul

Placez votre chien à une distance où il arrive à ignorer la voiture.
S’il essaie de fuir, éloignez-vous jusqu’à atteindre sa zone de confort.
Jouez avec votre chien, distribuez des friandises dans sa zone, récompensez ces moments de calme.
Petit à petit, diminuez la distance entre vous et la voiture en continuant de jouer avec votre chien. N’allez pas trop vite, car en brûlant les étapes vous louperez votre apprentissage et se sera encore plus difficile pour votre chien les prochaines fois. 

« L’important est qu’il reste calme et qu’il soit largement récompensé pour cela. »

Une fois ces étapes franchies, la distance réduite, votre chien doit pouvoir avoir la possibilité d’aller renifler la voiture (qui a toujours le moteur éteint), de l’observer en prenant son temps.
Vous pouvez continuer à jouer avec lui ou à lui donner des friandises pour l’inciter à rester à côté de la voiture.
Il est très important de ne pas forcer votre chien.
Cette étape franchie, si votre chien n’est plus inquiet, vous pouvez alors lui apprendre à monter dans la voiture.
Attention à ce que sa place soit libre, qu’il n’y est pas d’objet qui puisse lui faire mal.
Vous pouvez lui apprendre à monter en le leurrant avec un jouet ou une friandise. Vous pouvez également inciter votre chien à monter en étant vous-même dans la voiture ou en faisant appel à un copain chien qui montera facilement et montrera l’exemple. Il est important de prendre son temps et de ne pas démarrer la voiture ou de ne pas forcément fermer la porte. Le chien doit être récompensé à monter et à descendre. Ne l’obligez pas à rester longtemps à l’intérieur ! Amenez son coussin, ses jouets ou même ses croquettes.
Faites tout pour qu’il considère la voiture comme une seconde pièce de la maison.

Comme pour tout apprentissage, cela demande du travail, du temps et de la répétition.
Il faudra rester patient, bienveillant pour que votre chien vous fasse entièrement confiance.

Après chaque « séance de désensibilisation », votre chien a besoin de se défouler et d’extérioriser ses émotions. Concluez toujours par quelque chose d’agréable:
– une balade
– un moment de jeux
– une séance de massage
– ou tout simplement le fait de le laisser tranquille