Reproduction

by OOPET

La saillie naturelle

L’accouplement naturel est la méthode la plus simple.
L’accouplement se déroule en trois phases.

La première, dite phase d’approche, est la phase d’excitation, de parade sexuelle.

La seconde est la phase de chevauchement, au cours de laquelle le mâle pénètre la femelle et éjacule les phases urétrale et spermatique de l’éjaculat.

Lors de la dernière phase, la phase d’accolement, le mâle se retourne et les deux partenaires se retrouvent accolés fesses contre fesses.
C’est durant cette phase que le mâle éjacule la phase prostatique.

Pour augmenter les chances de réussite et la prolificité, il est recommandé d’accoupler les chiens deux fois à 48 heures d’intervalle, les 2ème et 4ème jours après l’ovulation.
Cette méthode donne 85% de chiennes gestantes.

Même si cette technique paraît être la moins contraignante, il ne faut pas perdre de vue que les propriétaires ont tout de même un rôle à jouer.

l’insémination artificielle (IA)

L’insémination artificielle est une technique qui permet la reproduction sans contact physique entre les deux partenaires.

Après prélèvement et examen, le sperme peut être utilisé tel quel, réfrigéré ou congelé avant dépôt dans les voies génitales femelles.

Les avantages de cette technique par rapport à un accouplement classique sont :
– la rapidité,
– l’absence de transmission d’agents infectieux éventuellement présents sur les organes génitaux externes,
– la reproduction d’une femelle agressive avec les mâles ou qui présente des anomalies génitales (vulvaires en particulier)
– la reproduction d’un mâle qui a des difficultés à s’accoupler à cause d’une douleur, comme l’arthrose
– le croisement  de deux partenaires de tailles très différentes ou dont la morphologie est particulière (par exemple les Bulldogs anglais peinent à s’accoupler en raison d’un thorax très profond et de pattes courtes relativement à leur poids),
– l’insémination de plusieurs chiennes avec un seul éjaculat
– la reproduction de deux animaux éloignés géographiquement

Un chien peut être prélevé tous les deux à cinq jours.
Des récoltes trop fréquentes entraînent une diminution de la quantité de spermatozoïdes dans l’éjaculat.

A l’inverse, des récoltes trop espacées dans le temps sont responsables d’une baisse de la mobilité globale ainsi que d’une augmentation du taux de spermatozoïdes anormaux.

Quel que soit le mode d’insémination choisi, si les deux parents sont inscrits au LOF et confirmés, il faut envoyer un certificat de saillie à la Société Centrale Canine (téléchargeable sur leur site Internet : www.scc.asso.fr ) dans les 4 semaines suivant la saillie pour que les chiots puissent être inscrits au LOF.

Les caractéristiques des différents types de semence

Il existe différents types d’insémination artificielle, en fonction d’une part du mode de conservation de la semence du mâle, d’autre part du lieu de dépôt de celle-ci dans les voies génitales femelles :

– Dépôt intra-vaginal
– Intra-utérin

IA en semence fraîche (IAF) :

Le prélèvement et l’IA sont effectués à la suite, la durée de vie du spermatozoïde n’est pas affectée ; il est conseillé de réaliser deux IA, à Jour 2 et Jour 4 post-ovulation

IA en semence réfrigérée (IAR) :

La durée de vie du spermatozoïde en semence réfrigérée est diminuée (l’idéal est d’inséminer dans les 2 jours suivant le prélèvement afin d’obtenir un taux de mise-bas identique à celui lors d’IA en semence fraîche, tandis que ce taux de mise-bas diminue ensuite, jusqu’à devenir nul 4 jours après la récolte), il faut donc connaître précisément la date de l’ovulation.
Il est conseillé de bien maîtriser la date d’ovulation, le temps d’acheminement de la semence sur le lieu de la lice, et de réaliser les IA entre le 2ème et le 4ème jour post-ovulation

IA en semence congelée (IAC) :

La durée de vie des spermatozoïdes en semence congelée est très diminuée, de 12 à 24h, et nécessite là encore une très grande précision dans la connaissance de la date de l’ovulation, sous peine d’IA non suivie d’une gestation.

Résultats selon le mode de reproduction

Selon le mode de reproduction choisi, les résultats ne vont pas être les mêmes :

Saillie naturelle : fertilité de 70 à 90%

IAF avec suivi de chaleurs : fertilité de 70 à 90%

IAR : mêmes résultats, fertilité de 70 à 90%

IAC : On peut observer une diminution nette de la fertilité, qui est alors de 50 à 70%, et une diminution nette de la prolificité qui est alors de 23 à 30%, soit une altération globale de la fécondité. Cependant, dans certaines races, notamment de lévriers, on obtient des résultats proches de ceux lors d’insémination artificielle fraîche ou réfrigérée

Concernant la différence d’efficacité de l’IA intra-utérine par rapport à l’IA intra-vaginale, on observe une augmentation du nombre de mise-bas et de la taille des portées obtenues lors d’IA intra-utérine, quelque soit le type de semence utilisé.

Lors d’une insémination artificielle congelée :

La fertilité est de 45% lors de dépôt de la semence en zone intra-vaginale, alors qu’elle augmente jusqu’à 67 à 84% lors de dépôt de la semence en zone intra-utérine.

Le dépôt de la semence en intra-vaginal conduit à des portées en moyenne de 3 chiots, tandis que le dépôt de la semence en région intra-utérine permet d’obtenir des portées de 4,9  chiots.

La periode fertile

La période fertile se définit par la période permettant d’obtenir une gestation si on réalise une saillie à ce moment-là.

Cette période peut s’étendre de 7 jours avant et après la période de fécondation potentielle.
– Les spermatozoïdes ont une grande durée de viabilité dans les voies génitales femelles : de 4 à 6 jours
– L’ovulation des différents follicules présents sur les ovaires s’étale sur 24 à 48h
– Les ovocytes matures peuvent survivre et rester fécondables entre 2 et 9 jours

La chienne devrait donc être capable d’être gestante à la suite d’une seule saillie durant une période s’étalant de 3 à 4 jours avant l’ovulation jusqu’à 7 à 8 jours plus tard.

Cependant, la période de fertilité optimale de la chienne s’étend entre 2 et 4 jours après l’ovulation, et un accouplement durant cette période permet d’augmenter la probabilité de gestation.